Cercle Hippique de Pixérécourt


Aller au contenu

Menu principal:


Western

Les activités

Discipline accessible à tout le monde, jeunes et moins jeunes, de la promenade à la compétition .
Essayer c'est l'adopter !


Mais au fait, qu'est-ce que l'équitation Western?

Si pour beaucoup le mot western évoque un bon vieux film dans lequel un Clint Eastwood mal rasé galoperait dans le désert où rien ne régne d'autre que cactus et pelotes de sauge tournoyant dans la poussière, sachez qu'au Western correspond une philosophie !


C'est au XIXème siècle, lors de la conquête du grand Ouest Américain qu'est née l'équitation western. A cette époque, un seul moyen de transport : le cheval. Ce robuste animal était l'outil de travail majeur dans ces grands espaces où les fermes sont à plusieurs kilomètres les unes des autres et le bétail nombreux. Les cow boys montaient toute la journée, et la monture devait faire preuve de calme, d'obéissance et d'endurance sur de longues distances et chemins difficiles.


De cette équitation de travail est née une équitation de loisir, puis de sport et enfin de compétition. Dès la fin du XIXème siècle, des rodéos étaient organisés, tout d'abord au sein de ranch, puis en inter ranch. Aujourd'hui, nous arrivons à des compétitions officielles qui présentent plus de dix disciplines différentes (trail, reining, cutting, stylewestern pleasure, course de baril, working cow...).


La philosophie western repose essentiellement sur le fait que le cheval doit exécuter les demandes de l'homme non pas par sa soumission forte, mais par acceptation en agissant de lui-même sans soutien permanent. Dans cette optique, le cavalier ne joue plus qu'un rôle de surveillance, dans le but de corriger ou perfectionner les réponses de l'animal.
Cette équitation est donc beaucoup plus détendue, le mot juste serait même "cool". Le cavalier fait preuve de patience et de sagesse envers sa monture. Il doit comprendre la façon dont le cheval focntionne, analyser ses gestes et trouver de lui-même comment y réagir : le cavalier devient cheval !


Les Cow-Boys en France

L'équitation western draine environ 4500 pratiquants en France dont 20 à 25% d'enfants et 10% de cavaliers de compétition . Cette discipline a été officiellement introduite lors des jeux équestres mondiaux en 2002 à Jerez. Au niveau mondial la discipline est dominée par les Américains, les Allemands et les Italiens.


Quelques disciplines de l'équitation western...

... le Reining

Le reining est l'épreuve reine de l'équitation américaine. Le couple cheval cavalier doit effectuer au galop un parcours imposé appelé pattern comprenant une série de figures. Chaque pattern comprend un enchaînement de figures telles que des roll-backs, spins, sliding stops, huit de chiffre, petits et grands cercles, reculés droits et rapides et changements de pied.
Cette épreuve de dressage met en avant les compétences du cavalier à guider son cheval mais aussi à contrôler chacun des mouvements de celui-ci. Le cheval sera jugé sur son calme, sa docilité, sa précision et son équilibre. Tout écart du tracé d'une figure de la part du cheval ainsi que tout mouvement de ce dernier non voulu par son cavalier sont pénalisés plus ou moins sévèrement selon le degré de gravité.



... le Trail


Cette épreuve de maniabilité consiste à confronter le cheval et son cavalier à une série d'obstacles naturels. Tout comme son homologue classique, le Trec, cette discipline western met en avant les qualités du cheval d'extérieur. Toutes les difficultés du parcours sont celles que le concurrent pourrait rencontrer habituellement en randonnée. Les obstacles du parcours sont disposés à courtes distances les uns des autres, ce qui contraint le cavalier à lancer son cheval au galop le plus tôt possible afin de gagner le maximum de temps. Le cheval doit cependant conserver son calme et être réceptif aux ordres de son cavalier. Il sera jugé sur son obéissance et sa bonne volonté à affronter les difficultés du parcours.


Le parcours de trail doit comprendre trois obstacles obligatoires :
- la barrière : ouvrir, franchir et refermer une barrière sans descendre de cheval et sans lâcher la porte des mains.
- le reculer : dans un couloir matérialisé soit par des barres posées au sol soit par des troncs.
- les perches : passage au trot en traversant des perches posées au sol. Lors du franchissement de cette difficulté, il sera demandé au concurrent de conserver l'allure de son cheval, ce dernier ne devant à aucun moment tomber dans le pas ou le galop. Les perches devront être au nombre minimum de quatre.



Tous droits réservés Copyright 2005 Cercle Hippique de Pixérécourt | hippix@live.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu